Chapitre 16: Les Femmes

Des Femmes Compositrices

 

Louise Farrenc

louisefarrencCompositrice et pianiste française, née Dumont, elle naquit à Paris en 1804. Elle fit ses études de piano avec une disciple de Clementi et des études de composition musicale avec Antoine Reicha. En 1821, elle épousa un flutiste et compositeur nommé Aristide Farrenc. En 1842, elle devint professeur de piano au Conservatoire de Paris et y resta jusqu’en 1872. Le grand violoniste Joseph Joachim, devenu ami avec Brahms, participa en 1850 à la création de son Nonette pour cordes et vents en mi bémol majeur. Sa 3e symphonie en sol mineur op.36, fut exécutée en 1849 par l’Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire. Elle mourut à Paris en 1875.

Dans ses œuvres orchestrales, il y a 3 symphonies, 2 ouvertures et des Variations pour piano et orchestre, plusieurs œuvres de musique de chambre, trios, quintettes, sextuor, nonette, ainsi que des morceaux pour piano.

Haut de page  

Fanny Mendelssohn Hensel

fannymendelssohnhenselNée en 1805 à Hambourg, elle était aussi douée pour la musique que son frère Félix, mais son père voulait l’empêcher, en tant que femme, de se consacrer entièrement à la composition. En 1829, elle épousa le peintre Hensel et eut un fils. En 1838, elle joua comme soliste dans le 1er concerto pour piano de son frère Félix. Elle mourut en 1847 d’une crise d’apoplexie.

Elle a laissé plus de 400 œuvres encore peu connues, dont des pièces pour piano, des lieder, des cantates, un oratorio et même une ouverture orchestrale.

Haut de page  

Clara Schumann

claraschumannNée en 1819 à Leipzig, elle devint l’épouse de Robert Schumann en 1840. Grande virtuose du piano, elle joua les œuvres de son époux, contribuant ainsi à les faire connaitre du public. Après la mort de Robert Schumann, elle devint l’amie et la conseillère de Johannes Brahms. Elle enseigna le piano au Conservatoire de Francfort à partir de 1878, mais elle fit aussi des tournées de concerts en Angleterre, en France, en Russie…

Elle mourut en 1896 et fut enterrée auprès de son mari au Vieux cimetière de Bonn. Elle a composé une quarantaine d’œuvres dont des Polonaises, des Caprices, des Romances, des Lieder et même un concerto en la mineur pour piano et orchestre, proche de celui de Robert et dans la même tonalité.


← Chapitre 15 Chapitre 17 →
Back to top

2 Responses to “Chapitre 16: Les Femmes”

  1. Agnès Boucher 1 mai 2012 at 16 h 33 min # Répondre

    Bonjour,

    Je prends contact avec vous pour vous informer de la sortie de mon essai, chez L’Harmattan.
    Il met en relation les itinéraires de trois femmes, allemandes et autrichienne : Fanny Mendelssohn, Clara Schumann, et Alma Mahler.
    J’ai écrit ce livre, par amour pour la musique, par envie de parler de ces trois femmes aux destinées à la fois similaires et dissemblables, dans leur réalisation et/ou leur frustration.
    Même si ces destins remontent au 19ème et 20ème siècles, ils peuvent apparaître à nombre d’entre nous diablement modernes dans leur combat pour exister en dépit de tous les apriorismes.

    Merci pour l’attention que vous voudrez bien lui apporter.
    http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=36589

    Bien cordialement

    • Livadiotti Roberto 1 mai 2012 at 19 h 16 min # Répondre

      Merci pour votre information et pour votre message sur mon site, Agnès, je ne manquerai pas de m’en informer.

Laisser un commentaire


9 + = 11